Marie-Pier
Poutine sagas

Article

5 fév 2020

Du paddleboard et des baleines

Faire du Stand Up Paddle (SUP) avec les baleines : c’est un peu le rêve de tout grand fan de sport nautique. Si certains voyagent en Colombie-Britannique pour vivre l’expérience, d’autres se déplacent plutôt dans le Nord du Québec pour arriver à cotoyer le plus gros mammifère marin.

C’est d’ailleurs ce qu’on a fait.

 

Une histoire qui nous donne encore des frissons dans l’dos.

En 2018, Dom et moi (lire « nos papas ») on s’est construit une van qu’on appelle avec affection Vanessâ (oui, avec un accent circonflèxe). Après la conversion, on cherchait désespérément un endroit où passer nos journées sur l’eau et où dormir pas très loin de la berge. Ayant visité tous les deux Tadoussac en famille quand on était petit-culs, on (surtout moi, j’avoue) rêvait de retourner voir les baleines de plus près.

En faisant des recherches, on est tombés un peu par hasard sur l’école de SUP Les Vagues, un spot de stand up paddle sur la Côte-Nord où les baleines sont curieuses et surtout, nombreuses. Deux semaines plus tard, on prenait la route vers Havre-Saint-Pierre.

Avec notre amie Julie Plante, 16 heures de route, 1276 km plus tard et ben des boîtes de Pringles, on arrivait à destination! Notre mission : faire du paddleboard avec les baleines. Rien de moins.

Nager avec les baleines : sécuritaire ou pas ?

Autant on trippait à l’idée de vivre cette expérience, autant on avait un petit peu (beaucoup) la chienne. T’sais, on s’imagine très bien une grosse baleine bleue de 170 tonnes faire des pirouettes dans les airs et nous tomber dessus. Ça, ou se faire chavirer par un rorqual de 50 mètres qui donne un petit coup de queue sous notre planche pour nous faire revoler 20 pieds dans les airs. Histoire de ne pas prendre de chance (mais surtout pour rassurer nos mamans), on est allés s’informer.

À 15 minutes de Havre-Saint-Pierre, le MICS (Mingan Island Cetacean Study) est un organisme à but non lucratif consacré à l’étude écologique des mammifères marins (une gang de gens brillants). Là, on a rencontré Viridiana : une pro des baleines. Elle nous a tout expliqué : alimentation, comportement, reproduction, vocalisation, toute le patente. C’est aussi là qu’on a compris qu’il n’y avait pas de réel danger à faire du SUP avec les baleines, à condition de garder une distance raisonnable de celle-ci et de les laisser tranquille.

École de sup les vagues

Parce que faire du paddleboard dans le Fleuve St-Laurent diffère considérablement d’une sortie en SUP sur le lac à mononcle Mario, on a fait appel à l’école de SUP Les Vagues pour nous accompagner sur l’eau. Native de HSP, Janne-Anne Cormier, la propriétaire, connait les courants marins, les environs et les changements de température de la région comme le fond de sa poche (vite de même, on dira que c’est plutôt rassurant).

C’est donc avec elle qu’on s’est garroché à l’eau, histoire de ne pas se laisser emporter par le courant. Après avoir enfilé wetsuit, gants et booties, on se sentait comme la veille du jour de l’an : ben trop énervés.

Toi, une planche, un fleuve et une dizaine de baleines

Le feeling d’être en Stand Up Paddle sur l’eau avec des baleines? Difficile à décrire. Tu te sens complètement déstabilisé, mais en plein contrôle de toi-même. Tu vois les baleines curieuses, au loin, tranquillement se rapprocher. Une fois de temps en temps, elles sortent la tête de l’eau, te regardent, (te jugent), et repartent doucement sous la surface.

Dom et moi on n’a pas toujours respecté du mieux qu’on pouvait notre planète. Voyager, consommer trop (beaucoup trop) et acheter des aliments qui sont suremballés ne sont que des exemples de notre quotidien. Mais quand tu partages un moment avec le plus gros mammifère au monde, on dirait qu’il te dit : « Sarieux, arrête de faire le cave ». Tu développes une certaine connexion avec la nature et l’immense silence des baleines te fait sentir cheap. Tu comprends que toi, petit mammifère de 120 livres un peu insignifiant, a un impact majeur sur ces légendes de plusieurs tonnes.

Si c’est ça que ça prend, allez faire un tour à Havre-Saint-Pierre. Garrochez-vous dans le fleuvre avec des rorquals, parlez aux gens du Havre, allez rendre visite à Jane-Anne et passez la matinée au MICS. À travers la brise fraîche de la Côte-Nord, le wake-up call que vous aurez les deux pieds sur votre planche à garder votre équilibre dans un remous de baleine en vaut la peine.

Articles récents

Voir tous

#Instagram

Loading...